Laurent devant foule

Willy Gérimont Gagne à Ecully

Après la finale des championnats de France 2006/2007 perdue face à Jean François Florent, et la finale du grand prix de Châtillon perdue cette saison face à Brahim Djoubri, Willy Gérimont s'impose sur le champion d'Europe Pierre Soumagne, en deux reprises, 250 à 2. Sur les trois dernières compétitions master nationales, Willy a joué les trois finales. Difficile de faire mieux.

Willy GERIMONT Willy GERIMONT face à Jérémie PICART Willy Gérimont et Pierre SOUMAGNE

Mais à Ecully, Willy montre de nouveaux progrès, une nouvelle dimension, que tous, spectateurs, joueurs, y compris votre serviteur, ont nettement remarqués. Il joue plus près, il joue plus fort, et la pression des matchs important le sublime.

Demi finale 250 en 1. Finale 250 en 2. Willy gagne donc à Ecully sa première compétition master au cadre 47/2. Moyenne générale 67,65, meilleure série 250.

Après le championnat d'Europe de cadre 71/2 et le championnat de France espoirs, le billard club d'Ecculy a montré une nouvelle fois, son enthousiasme et sa compétence à organiser une compétition de haut niveau. Tous les joueurs l'ont appréciés, et les résultats de ce tournoi le montrent bien. Bon matériel, bon arbitrage. Spectateurs bien installés. Convivialité, accueil généreux.

Bravo au Billard Club d'Ecully. Merci à tous. Merci Monsieur le Président. Nous avons été très heureux de venir jouer chez vous et espérons tous vraiment, vous revoir la saison prochaine pour un nouveau grand prix.

Tous les résultats sur kozoom.com

Fabio Vendittelli au tournoi de cadre 47/2 à Ecully. La salle du billard club Ecully.

Dans la poule 5, je tombe avec Yannick Le Gregam et Johann Petit. Une poule où les trois joueurs peuvent sortir vainqueur même si j'ai l'avantage du nombre des victoires. Ils sont tous deux qualifiés chaque années pour la finale de France. Ils font donc partis des meilleurs, et une partie en trois, deux, voir une reprise, ne leur fait pas peur. Il faudra donc jouer à plein régime.

Ce que je fais dans mon premier match face à Yannick. Je gagne le tirage, décide de commencer. Je ne suis pas bien du tout, mais le laisser commencer, c'est lui donner une chance de me planter car le point départ est facile.

Bref, fébrile, un peu froid, le ventre en ébullition, la respiration difficile, je m'accroche. A 76 je rate sur un "Une pour Deux " facile. Je me suis trompé de réglage. L'effet n'a pas accroché. Il fallait joué plus bas et moins d'effet sur ce tapis. Yannick en fait 24. Je conclus avec un peu de chance sur cette deuxième reprise, où la bille 2 me donne le point dans un piqué sur le plein raté.

Max BONTOUX Pierre Soumagne sous l'oeil d'André Chétard arbitre international.

Yannick attaque la reprise égalisatrice et fait 83 points pendant lesquels j'ai pensé qu'il pourrait bien aller au bout tellement il jouait bien. Le lendemain matin, 8H30, Yannick donnera un match catastrophique. Johann Petit gagne 200 à 18 en 8 reprises.

Les choses sont claires. Le vainqueur de ce troisième match passera en quart. Avantage pour moi, j'ai droit au match nul. Johann gagne le tirage et me laisse commencer. Je suis dans le même état émotionnel qu'au premier match. J'avance point par point, sans précipitation. Des tombées de billes et de petits engrenages ne m'aident pas. Je n'arrive pas à rentrer dans ma bulle.

A 74 je rate. En faite à 73, sur un demi coulé passage, je bute sur la bille 3. La position dedans est délicate. Je juge rapidement le point. Piqué sur le plein et sortir la bille 3. En position de tir, je ne pense qu'à sortir sans me préoccuper si je serai placé sur la bille 3, où va la bille 2. Grosse erreur. Je sors mais retrouve les trois bien alignées au milieu du carré central.

Jérémie Picart

Pas de bande avant possible. Le massé? Un trois bandes et je tire la bourre? Non j'ai envie de continuer cette série. Je tente le massé, mais il est dur, et tout à l'heure j'ai bien failli rater un petit demi massé. Je vais trop vite, je ne suis plus complètement sur la table, mon chevalet est tremblotant, je retiens mon geste. Je laisse les billes à Johann.

Deuxième chance car Johann n'a fait qu'un seul point. Je reparts à l'attaque, décidé. A trois je joue un "Une pour deux" que j'aurai certainement du jouer direct. En position de visée, je décide de prendre plus fin pour mieux diriger la bille 2. Plus fin donc plus fort. J'oubli complètement mon arrivée sur la bille 3 que je pousse à la petite bande. C'est trop tard la bille 2 revient aussi se coller à la bande.

Pas de coulé, pas de bande avant, pas de massé. Juste le une bande finesse, maximum de bon effet, difficile. Je m'applique, trop de bille, l'effet n'accroche pas assez. Je rate à 4. Johann se lève. 199 points. Magnifique, partie terminée.

Quatre reprises pour deux matchs, je ne m'étais pas trompé. Je devais jouer à mon maximum pour sortir de la poule. Je n'en n'étais pas loin. La compétition s'arrête là pour moi et je rentre à la maison avec une question. Comment changer mes réactions à ces pics de stress.

Prochain rendez vous, le championnat d'Europe de cadre 71/2 à Domburg, Pays Bas, du 26.11 au 02.12.2007.

0 commentaires

Qu'en pensez vous ?